LE LIVRE

https://www.bookelis.com/voyage/35580-Hisser-les-voiles-jusqu-au-bout-de-ses-reves.html

Format 15 x 21 - Couverture souple - Papier Offset - 380 pages dont 20 pages photos noir et blanc


Bande annonce littéraire « Hisser les voiles jusqu’au bout de ses rêves »

⛵En avant première, notre bande-annonce littéraire⛵

⛵Hisser les voiles jusqu’au bout de ses rêves ! ⛵

C’est avec exaltation que nous vous annonçons la sortie  de notre livre en auto-édition. 📘

✍️Trois années bien tassées à transcrire du mieux que j’ai pu l’extraordinaire aventure familiale que nous avons vécue autour du monde🌍, mon mari, notre fils et moi. Avec peu d’expérience maritime, ⛵peu d’argent 💶et une intrépide volonté🤛nous avons fait le choix de tout quitter pour nous créer la chance de vivre notre rêve ! Partir sur notre catamaran, ⛵️⛵️vivre libre et nous laisser porter par le vent💨.

6 ans de voyage nous ont amené à concilier, navigations🗺, travail 🛠et cours du Cned📚 Nous avons vécu des moments intenses de bonheur, de plaisir mais aussi de frayeur et de doute.

Nous avons traversé 3 océans d’Est en Ouest, dépassé 3 caps difficiles, foulé 4 continents, sillonné 8 mers, abordé 36 pays, fait d’innombrables rencontres, partagé des instants inoubliables et découvert sans nous en lasser cette belle planète bleue🌎 Nous avions le désir intense de partager ce chapitre de notre vie pour prouver qu’avec de la détermination 👊et de l’Amour🥰, tout est possible. 


Aucune vidéo n'a été insérée

Bande annonce littérraire « Hisser les voiles jusqu’au bout de ses rêves »

Quelques photos du livre

Jonathan et une raie manta à Bora Bora

Jonathan dans un village de Papouasie

De gauche à droite, Jonathan, Magalie, Cyril

Chagos

Pirates.com sous spi


Extrait du livre

Chapitre  « Féroce océan indien »

« Il est 8 heures à Phuket, le ciel est légèrement voilé, 10-15 nœuds de portant, la sortie de la mer d’Andaman approche. Histoire de bien nous avertir, nous familiariser avec le géant, le golfe du Bengale nous a préparé un échantillonnage des pratiques du fourbe. Il opère bizarrement, nous enlise dans des chaudrons bouillonnants de courants. Il en a mis plusieurs sur le feu, sur des hauts-fonds de deux cents mètres. Ces nervures agitées se voient aussi nettement que les ressacs d’une barrière de corail, et entre, le calme plat, pas une ride. Veut-il nous faire comprendre que la sournoiserie peut frapper à n’importe quel moment ? Délicate attention pour nous exhorter à la prudence. Nous ferons de notre mieux, resterons modestes devant l’impétueux. Freinés toute la nuit par les masses d’eau en mouvement contraire, nous trouvons du réconfort devant une harde de dauphins. Rien que pour eux, l’audition que nous venons de passer vaut la peine. Encore dans l’obscurité, leurs silhouettes scintillent de beauté. Le plancton flottant passivement fait partie de l’enchantement, nos princes des mers se sont transformés en comètes océanes. »